Les symboles du Paraguay

Publié le par Anaïs et Myriam

Le drapeau


paraguay_flag_1.gif paraguay_flag_2.gif                  

 

Le drapeau du Paraguay  a été adopté le 25 Novembre 1842. Il porte les mêmes couleurs que celui de le France mais les bandes   rouge, blanche et bleue sont horizontales. Ce qui fait son originalité est qu’il ne porte pas le même blason des d eux côtés : d’un côté, on peut observer une étoile jaune à cinq branches entourée d’une couronne faite d’une  branche de palmier et d’une branche d’olivier, au dessus de laquelle est écrit « République du Paraguay ». De l’autre côté est dessiné un lion accompagné du bonnet phrygien (le bonnet de notre Marianne) avec l’inscription « Paix et Justice »

 


 blason.jpg

 

La monnaie  


La guarani100000.jpgmonnaie utilisée  au Paraguay est le guarani. Les premiers guaranis furent émis en 1944. Le nom de la monnaie a été donné e n référence à l'une des tribus indigènes du Paraguay.
1 euro correspond à environ 6100 guaranis, ce
 qui veut dire 1000 guaranis ne vale nt presque rien et 50 guaranis, n’en parlons pas. milguarani.jpg

 


Aujourd’hui les pièces utilisées sont celles de 50, 100 et 500 et les billets qui circulent sont de  2 0   00, 5000, 10 000, 20 000, 50 000 et 100000 Gs.

 

  

L’hymne national


Il se nomme “Paraguayos, República o Muerte”, ce qui signifie “Paraguayens, la République ou la Mort”. Il a été écrit en 1846 par le poète uruguayen  Francisco Acuña de Figueroa .

Voici le refrain:

Paraguayos, ¡República o Muerte!

nuestro brío nos dio libertad;

ni opresores, ni siervos alientan

donde reinan unión e igualdad.

 

Et sa traduction:

Paraguayens, la République ou la Mort!
Notre esprit nous donne la liberté ;
Il n’existe ni oppresseur ni esclave
Là où règnent l’union et l’égalité

 

La traduction de l’hymne entier viendra un peu plus tard, soyez patients …

 

Le pajaro campana (l’oiseau cloche)


pajaro.jpgCet oiseau vit dans les forêts de la région orientale du Paraguay. Il est appelé ainsi car son chant ressemble bizarrement au son d’une cloche.  Au Brésil, où il vit dans certaines régions, il est appelé « forgeron » car il imite très bien le bruit du travail de celui-ci.

Le plumage du mâle est blanc, sa tête et sa gorge sont pourvues de plumes vertes. La femelle a la tête cendrée, le dos olive et la partie ventrale jaune. Les oisillons obtiennent leur plumage d’adulte au bout de 3 ans.

A l’heure actuelle, le pajaro campana est en voie d’extinction. Au Paraguay, sa survie est compromise du fait de la destruction de son habitat causée par la déforestation mais aussi car il est intensément chassé.


La légende dit qu’un jour, il ya déjà fort longtemps, alors que les jésuites étaient en train de construire une de leurs petites églises, les indiens guaranis vinrent et détruisirent tout. Mais la cloche, pourtant brisée et sans battant, s’éleva et se mit à sonner mystérieusement, poursuivant les infidèles qui avaient tué les missionnaires.
Le dieu Tupa transforma alors la cloche en oiseau blanc, qui continua à voler,  au son de la cloche.


La M’burucuya  (passiflore, fleur du fruit de la passion)


Le mburucuya (fruit de la passion) ou passiflore est un fruit tropical très apprécié des paraguayens (et de nous aussi d’ailleurs).
C’est une plante originaire du Paraguay et des zones tropicales et subtropicales. Son nom “Mburucuja” vient du guarani, il signifie “éleveur de mouches”: en effet du fait de la douceur de son nectar, de sa richesse en sucre, il attire de nombreux insectes.


mburucuja.jpg  fuitdelapassion 

Il est à la base de délicieux jus, liqueurs, glaces, yaourts, sauces, gelées et autres desserts. Sa fleur es t aussi utilisée en décoration.
Il a aussi des propriétés médicinales: le jus,
  la pulpe et l’infusion de ses feuilles  est utilisé comme relaxant (il aide à dormir) mais aussi pour soulager les  douleurs musculaires. 

Aujourd’hui les principaux pays producteurs sont le Brésil, le Mexique, la Colombie, Hawaï, l’Afrique du Sud, l'Équateur et le Venezuela.

   

Le Lapacho


Le Lapacho ou arbre sacré des Incas (Tabebuia impetiginosa) est un  arbre important de l'Amérique du Sud. Il pou sse bien entre le Mexique  et le Nord de l'Argentine, donc aux régions tropicales et subtropicales.

Son bois elapacho.pngst précieux. Les Incas l'utilisaient comme tisane et comme médicament ;  les Indiens du Pérou , de  la Bolivie   et du Paragauy  les ont imités par la suite. Aujourd'hui son écorce intérieure sert à la fabrication de tisane et est utilisée dans la médecine alternative. Le lapacho contient du potassium, du calcium, du fer, du baryum, du strontium et de l'iode. Il  contient au ssi un puissant antibiotique, le lapachon. Celui-ci a un effet tonique sur l'organisme. Le lapacho n'est pas cultivé: son écorce est récoltée toute l'année sur des arbres sauvages, en pleine forêt

 

La harpe


Vous en avez déjà eu une description dans l’article Musiques et danses

 

Le téréré


 

Le téréré est une infusion de Yerba Maté, sa particularité est qu'elle est à l'eau glacée, très rafraichissante (qui permet nota m  ment de ne pas mourir de chaud).
Son mode d'emploi est simple : il faut mettre une bonne quantité d'herbe de Maté dans la "guampa", une sorte de tasse, puis verser à ras-bord l'eau glacée. Le tereré se boit à l'aide d'une paille en métal, appelée « bombilla » qui permet de filtrer les herbes. Et q
 uand  il n'y a plus d'eau, on remplit à nouveau la "guampa" qu'on passe à son voisin pour qu'il puisse boire à son tour.

Il est pris comme énergisant, pour calmer les maux d'estomac ou comme complément alimentaire.


Equipo-completo-de-terere.JPG

Mais le téréré n’es t pas seulement une boisson, mai s bien plus que ça: c'est un art de vivre.
Au Paraguay, on ne boit pas du téréré seulement parce qu’on a soif mais aussi et surtout parce que c’est une vraie habitude, comme gratter ses boutons de moustiques…
Le téréré est exactement le contraire de la télé : ça te permet de discuter quand tu es avec quelqu’un et ça te permet de penser et rêver quand tu es seul.
Quand on arrive chez quelqu’un, le premier mot est « Hola ! » c'est-à-dire «Salut » et le deuxième est « téréré ? », et

 

cela se passe dans toutes les maisons, chez les riches comme les plus pauvres, entre les femmes et les hommes, les plus fous comme les sérieux, les vieux et les enfants. Et pas seulement à la maison, à l’école, à l’université, au travail, dans la rue,…Chacun se promène avec son thermos de téréré à la main, toujours prêt à être bu ou offert. Quand tu rencontres quelqu’un pour la première fois, il te proposera toujours de venir prendre un téréré à la maison.
Dans les rayons du supermarché, les différentes herbes à téréré remplissent un rayon entier, dans la rue, on rencontre de nombreux petits vendeurs d’herbes de toutes sortes…Il y a toujours un peu d’herbes à téréré dans la cuisine. D’ailleurs à l’internat, il manque parfois du sel ou du poivre, du café souvent mais du téréré, il y en a toujours!

 

 

En bonus

Quelques lignes sur la yerba Maté:

La yerba maté est cultivée principalement au Paraguay, en Argentine, en Uruguay et dans le sud du Brésil. yerba-mate.jpgLes Guaranies seraient les premiers à l'avoir cultivé, les missionnaires Jésuites l'ayant ensuite répandu dans le reste de l'Amérique du Sud.

La yerba maté est un arbre à feuilles persistantes, qui pousse naturellement aux bords des ruisseaux, dans les forêts, sur les collines entre 500 et 700 m d'altitude. Cet arbre de la famille de houx a des fleurs blanchâtres, de petits fruits ressemblant à des baies rouges. A l'état naturel, l'arbre peut mesurer jusqu'à 20m de heut mais lorsqu'il est cultivé (comme c'est le cas actuellement dans une grande partie du Paraguay) il est taillé de telle sorte qu'il ne dépasse pas 4 à 8 mètres.

Les branches sont cueillies quand les fruits sont murs. Elles sont grillées sur un feu jusqu’à ce qu’il se forme des boursoufflures. Les feuilles sont alors séparées et étendues au dessus d’un petit feu de bois pendant 24 à 36h. Elles so

 

nt finalement émiettées et ensachées pour être prises sous forme de d'infusion. 

 

Le hamac

 

hamaco-copie-1.jpg

 

 

Le sombrero piri

 

piri.jpg

 

C’est le chapeau de paille typique des paysans paraguayens.

 

 

Le tagua

 

tagua.pngLa tagua provient d'un palmier qui poussent dans des forêts denses et ombragées, au flanc des vallées, entre 300 et 1200 mètres d'altitude. On le trouve surtout au cœur de la forêt amazonienne en Équateur, en Colombie, Pérou mais aussi au Paraguay. Lorsque les fleurs s'épanouissent, elles dégagent un parfum suave qui embaume toute la contrée. Avant de mûrir, le fruit de ces palmiers contient un lait sucré que les Indiens apprécient. Puis cet albumen se durcit pour devenir l'ivoire végétal, que l'on nomme enfin "tagua". Les graines sont en fait des gousses. Elles possèdent une première coquille dure qui se détache rapidement et puis une deuxième coquille qui colle à la graine. C'est en retirant cette dernière que l'on obtient la boule d'ivoire végétal. Lorsqu’elles sont  mûres, les indiens les ramassent. La  pulpe jaune, qui entoure la graine, au goût agréable, est parfois commercialisée sous forme de boisson. Les arbres prod uisent chaque année environ 20 kilogrammes de graines, parf ois beaucoup plus. C'est à peu près le poids des défenses récupérées sur un éléphant de 6 tonne s...et tout aussi beau ! C’es t en effet avec la tagua, cet « ivoire végétal » que se fabrique de nombreux et magnifiques bijoux,,meubles,… 


taguanuts.jpg

 

 

Par  ailleurs, les Indiens consomment aussi le bourgeon terminal de ce palmier et se servent de ses immenses feuilles (jusqu'à 6 mètres de long) pour recouvrir leurs huttes.

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article